Bienvenue sur

Chronorythmie.ch

, soit le

portfolio de Walter Schlup

,

photographe

.Les Chronorythmies de Mobiles///// ////// ////////// /////// /// /////// //////// ////// //////// ///// //// //////// /////// // /////// ///// /// ////// /Dans l’image photographique objective, l’imagination du spectateur affabule sur ce qui a pu précéder ou suivre l’instant privilégié fixé par la pellicule, concentré temporel dont l’intensité dépend de ce que nous en comprenons, et la durée, de la manière dont notre imagination prolonge l’instant, aidé en cela par des signes, des gestes suspendus, des tensions psychologiques, un langage d’objets. L’instant véritable, saisi au vol dans sa pureté, a perdu son public et beaucoup de ses adeptes. ///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Walter Schlup, par contre, a posé le problème du temps comme complément de l’espace : un objet tridimensionnel peut-il engendrer des formes nouvelles en se déplaçant ?///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Si l’espace s’efface au profit du temps, l’objet disparaîtra, remplacé par l’image plus forte de son mouvement, et le temps se mettra en mouvement sans limitation. L’absence de repère matériel entraîne alors l’absence de repère temporel.///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Dans les chronorytmies de Walter Schlup, les fictions temporelles nous emportent parce qu’aucun élément de référence ne nous est fourni. ///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////La rigoureuse épuration du problème, l’abstraction absolue, nous laisse face à une seule dimension : celle du temps, un temps onirique, démesuré, fondamental.//// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////La beauté s’impose souvent à nous par un assemblage de composants esthétiques par eux-mêmes, et en général reconnaissables. Sans prôner à priori l’art concret, auquel la photographie a versé un apport plus important que la peinture, on peut se demander quelle est la part de composants esthétiques, dépendants de nos habitudes visuelles , qui prend part à notre appréciation d’une œuvre. ///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Un moyen connu consiste à faire appel au hasard comme certains peintres font appel à la force centrifuge, et à trier. Tous les essais reconnus pour beaux à postériori, mais dont le but n’était pas de plaire, nous ont déjà familiarisés avec cette approche.//// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Mais construire une esthétique à partir d’éléments qui à aucun moment ne sont forcément beaux, les organiser selon un code strict, répétable , opiniâtre, sourd à toutes les objurgations du sens esthétique pourtant toujours présent, ne peut être que l’œuvre d’un artiste qui aurait décidé de peindre des idées,en y ajoutant une quatrième dimension dont on nous parle souvent, que chacun éprouve sans l’avoir vue : le Temps.//// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Imaginons un instant que des êtres extraterrestres, grands artistes à leur manière, possèdent une persistance rétinienne telle, qu’elle leur fasse voir le mouvement d’un objet dans toutes ses positions successives additionnées. Supposons que la perception de l’instant présent dans son unicité soit refusée, supposons que l’instantanée photographique soit une notion dès lors inaccessible pour eux. Supposons que leur monde physique et culturel ne comporte aucun élément connu ou connaissable par nous, aucun moyen terme, aucune habitude. ///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Comment peindront-il , s’ils peignent, comment verront-ils, s’ils voient ?//// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Walter Schlup ne s’est pas exactement posé cette question-là, mais il y a sans doute répondu. Il a pris des éléments géométriques simples, en a fait des assemblages exacts et assez compliqués, pour obtenir des mobiles dégageant une force tranquille. La conception même de ces mobiles relève d’une seule préoccupation : une intention géométrique précise et systématique.///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Mettons ces objets en mouvement, non pas d’une pichenette inspirée, mais à l’aide de moteurs programmées électroniquement selon des séquences qui, elles non plus, ne suggèrent aucune intention, aucun sous-entendu esthétique. Un dispositif électrique permet à une seule pellicule de recueillir n positions successives de l’objet, se déplaçant dans une direction d avec une vitesse variable ou constante v .//// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Ces conceptions théoriques planent dans l’atmosphère durant les longues heures de travail que coûtent ces prises de vues. Le pis c’est que les occasions de complaisances sont là, perpétuellement renouvelées, tentantes. Le mobile voltige solennellement, les dispositifs de positionnement bourdonnent, les micro-contacts claquent, les relais enclenchent une séquence après l’autre. Pas un index inspiré n’intervient sauf pour lancer l’opération. L’étude attentive de chaque enregistrement enfante le suivant.///// /// //////// //// //////// // //////// // /////// /////////// ///////// ///////// ///////// /////// ////// // ////Walter Schlup a la hantise de photographier le temps. Créer sans complaisance des images qui se mettent en mouvement quand on les regarde, qui régurgitent à volonté la minute qu’elles ont accumulée, c’est son problème./////// //// //// ///// ///// ////// ////// /////// /////// /////////// ///// ///// /////La beauté, cette nymphe entêtée qui a pris l’habitude de se montrer partout, ne manque pas d’apparaître ici aussi. Mais personne ne l’a invitée. Une œuvre, toute une œuvre esthétique est née justement du refus systématique du beau en soi, car ici, il distrairait du sujet recherché : le Temps.//// ///////// ///// ///////// // /////////// ///////// //////// ///// ////Ici, chose curieuse, c’est une philosophie qui se fait image, et le spectateur se met, lui, à philosopher, tant le parti pris visuel est net et systématique, poursuivi avec un entêtement à la fois riche de dévelop pements possibles , et sélectif. /////// /////// ///////// ///////// //// ////// ///////////// ///////// ////////////////// ////////// ///////////// //////////// /////// ///////// ////// /////// Les Chronorythmies de Walter Schlup Le rêve ancien de capter un jour la fuite du temps, de l’enregistrer comme pour s’en rendre maître ou peut-êtrel’arrêter, semble s’être réalisé avec l’invention classique désormais, du cinématographe. Tout en créant une durée spécifique, contractée ou étendue dans le temps-même du film, le cinéma semblait satisfaire cette recherche de maîtrise et d’invention plastique par l’enregistrement du mouvement.Quelle que soit la portée de cette découverte, le champ d’investigation demeurait vaste. Le dilemme Espace-Temps, intuition de la fameuse quatrième dimension, place toujours le plasticien devant la difficulté de fixer la durée par l’image immobile, comme en un coup d’œil sur l’éternité. Evoqué par saint Augustin dans son Traité de la musique, ce rapt d’une parcelle d’éternité-absence de temps, hors de la durée, est possible à l’oreille exercée,dans le domaine auditif, par le jeu subtil de la mémoire musicale. Celle-ci permet en effet de rassembler toute la durée, passée et à venir, d’un thème, à quelque moment que ce soit de son développement, entre deux instants de durée musicale, donc hors de la durée même, la ras- semblant dans l’intuition de l’éternel. Dans quelle mesure le même phénomène, ce rapt d’une parcelle d’éternité, est-il possible dans le domaine de l’image? Dès la fin du XVe siècle, Léonard de Vinci, travaillant il est vrai au pro- jet d’un appareil qui devait permettre à l’homme de s’élever et de se déplacer dans les airs, tente de définir les lois du mouvement. C’est ainsi qu’il rassemble, image par image, les phases minutieusement dessinées du vol de chauves-souris et des oiseaux. Et voici que cinq siècles plus tard, se livrant cette fois à des préoccupations d’analyse et de synthèse plus spécifiquement esthétiques, les peintres cubistes, se plaçant devant l’immobilité de l’objet, posent à nouveau le problème de la fixation du mouvement en une image unique et intemporelle. Ils multiplient les points de vue, les organisent par surimpression dans les limites du tableau. (Ce n’est plus l’objet qui bouge; c’est l’observateur qui se déplace et épuise autour de l’objet toutes les possibilités du visuel.) La durée parviendra-t-elle à se condenser, se fixer dans le rectangle d’une image immobile? Et ce qui semblait possible dans le domaine musical, le deviendra-t-il dans le domaine de l’espace à deux dimensions? Au salon des Indépendants de 1912, le peintre Marcel Duchamp se voit refuser l’accrochage d’une œuvre dont la célébrité devait s’établir de façon universelle, après exposition à New York l’année suivante. Il s’agit du fameux «Nu descendant un escalier», traduction picturale du mouvement du corps humain, recherche par ailleurs voisine de celles de Futuristes Italiens préoccupés à l’époque par l’expression picturale du dynamisme de l’univers et du siècle naissant à la technique. On sait que cette analyse picturale du mouvement avait été tentée par Duchamp à partir des études scientifiques de Marey. Celui-ci, en effet, avec son fameux chronophotographe, avait réussi à inscrire sur une même photographie diverses positions d’un homme en marche. A l’exemple des préoccupations de Vinci, des

chronophotographies

de Marey comme des démarches voisines de Duchamp et des Cubistes, en écho aux chronochromies, couleurs du temps cette fois, confiées il est vrai à la durée musicale par Olivier Messiaen, voici donc l’actuel résultat des recherches de Walter Schlup, auxquelles nous pouvons bien donner le nom de chronorythmies. Que le mobile créé en vue de la photographie tourne entre chaque prise de vue selon des repérages minutieux, que l’objectif se déplace autour du sujet selon le principe même de l’analyse cubiste, que la technique soit savante, que la subtilité des combinaisons de clichés suppose un souci quasi mathématique, et que les mouvements imprimés au mobile soient susceptibles d’ouvrir la voie à de précieuses découvertes dans le domaine de la couleur, cela n’est pas notre propos. L’important n’est-il pas qu’à force d’expérience, Walter Schlup parvienne à prévoir en évitant tout hasard la possibilité multiple du résultat? Voici que le rythme d’un objet se mouvant dans la durée parvient à se condenser dans la fixité des images. Et chacune de ces belles images, tout en devenant clé pour la compréhension du langage premier et illimité des formes, répond aux exigences de notre rêve. ///// /////// /////////// //////////// //////// //////// /////// ////////////// ///////// /////////////////Roland BOUHÉREZ
Walter Schlup Portfolio

cetelecharger gratuitement le lecteur Flash Player